Inauguration de "La machine à confesser" de Grammaj

C’était mardi 9 avril, chez Michael Woolworth, imprimeur et éditeur d'art.
Grammaj, maison d’édition d’estampes réalisées à partir de dessins préparatoires, inaugurait sa première publication. « La machine à confesser » vient d’être reproduite en lithographie, en édition limitée et numérotée. Nous avons fait confiance à cette toute nouvelle maison d’édition en confiant à Julie Walter et Audrey Cour ce dessin de Boris Vian pour lancer leur projet. L’esprit d’ouverture et de curiosité de Boris Vian est entre de bonnes mains...

Plus de photos du vernissage sur notre instagram : @borisvian_officiel

Retour