Faire vivre une œuvre, c’est être uni dans la longévité car il s’agit d’accompagner durant 70 ans la vie et la diffusion des écrits de l’auteur.

Pour Boris Vian, peu de choses sont publiées et diffusées de son vivant, un immense travail reste à faire autant en termes d’édition que d’image.

Ursula Vian Kübler, sa jeune épouse, va s’y atteler avec les membres du Collège de "Pataphysique qui souhaite rendre hommage à leur camarade trop tôt disparu. Petit à petit l’œuvre de Boris Vian va s’épanouir comme une fleur de... nénuphar mais celui-ci ne tuera point l’œuvre !

De formidables éditeurs vont soutenir pendant des décennies cette œuvre nouvellement ré-éditée ou à découvrir : Jean-Jacques Pauvert, Eric Losfeld, Christian Bourgois puis Claude Durand en publiant les œuvres complètes chez Fayard.

Ainsi, en 1959 se forme une première « Cohérie » avec Ursula Kübler Vian et les deux enfants de Boris Vian, Patrick et Carole, issus du premier mariage avec Michelle Léglise. Comme ils sont mineurs, c’est Ursula Kübler Vian qui sera la mandataire.

La situation reste inchangée après leur majorité et jusqu’en 1998. A cette date, Carole, la fille de Boris Vian décède d’une sclérose en plaques.
Sa mère, Michelle Léglise rentre alors dans la Cohérie ainsi que la Fond’Action Boris Vian, présidée par d’Déé, portant ainsi au nombre de 4 les membres de la Cohérie Boris Vian.

La Fond’action Boris Vian est une association créée en 1981 par Ursula Kübler Vian et présidée par Monsieur d’Déé ; son siège se situe dans les Pyrénées-Orientales, à Eus. Ursula Vian et d'Déé ont, pendant trente années, offert un vaste panorama de la culture pluridisplinaire dans ce village mais aussi dans leur Galerie parisienne. Avec l'aide de Nicole Bertolt, nombre de spectacles, concerts, performances, expositions et rencontres ont eu lieu dans l'esprit cher à Boris Vian : curiosité, liberté et transversalité. 

Puis en 2010, au décès d’Ursula Kübler Vian, la cohérie se rétrécit et est représentée par Patrick Vian, Michelle Léglise et la Fond’Action Boris Vian.

Au décès de Monsieur d'Déé, intervenu en juillet 2016,c'est Nicole Bertolt qui a repris la présidence de l'association.

Après la disparition d’Ursula Kübler Vian, le droit moral revient à Patrick Vian qui a souhaité se faire représenter par Nicole Bertolt pour ce qui concerne toutes les actions artistiques et culturelles autour de l’œuvre ainsi que la gestion du patrimoine familial et personnel de Boris Vian. Elle travaille pour et avec la famille depuis 1980.

Une partie de l’œuvre de Boris Vian sera dans le domaine public en 2029 en vertu du droit français. La Cohérie continuera d'exercer un droit patrimonial sur l’œuvre publiée après le décès de l'auteur tandis que le droit moral est inaliénable et imprescriptible.

Nicole Bertolt